Archive pour la Catégorie '10 croisière mediterranée janvier 2012'

Le Greenline 33 …

 

IMG_0616

Le GL33… un petit trawler confortable de 10 m doté d’un VW Marine de 165 cv avec, comme programme:
Venise, la Slovénie (côte istrienne), la Croatie (Istrie, iles de Korcula, Hvar, Brac, Mljet, Split, Dubrovnik), le Montenegro, l’Albanie, la Grèce (Corfou, les îles Ioniennes, Canal de Corinthe, Delphes, Athènes, Aegine, Hydra, les îles Saroniques) l’Italie (le contournement difficile du sud de la botte par le canal d’Otrante et détroit de Messine, les iles Eoliennes, Rome, Pompei, la côte almafitaine, les îles Pontines, Elbe) et la Corse de long en large.

Le Greenline 33 ... dans 10 croisière mediterranée janvier 2012 aurore-cordage

Programme réalisé avec Lola, chienne familiarisée avec la mer: elle s’endort au premiers balancements du bateau !

Les catégories de ce blog s’empilent chronologiquement, il faut donc descendre en bas de page pour commencer la lecture, bonne visite !

forumNouveau: Consultez, participez au forum dédié au Greenline: Tout sur les équipements, les problèmes et leurs solutions les demandes d’achat, de location ou de vente, la vie à bord et les croisières ….   http://greenline.free-bb.fr/

la Casinca

13 janvier 2012
Petite scène fréquente de la Casinca

Image de prévisualisation YouTube

qui nous a amené de Loreto vers Penta et Vescovato

la Casinca dans 10 croisière mediterranée janvier 2012 IMG_4927-1

toche-dit-lotte-copie promenade dans 10 croisière mediterranée janvier 2012

IMG_4898-copie

IMG_4887-copie

L’arrivée sur le village au détour d’un virage avec au fond l’île d’Elbe

aqua-penta-copie

Le lavoir de Penta (village classé)

aqua-penta-lavoir-copie

IMG_4869-copie

aqua-2-barques-erbalunga-copie

IMG_4913-copie

Ca va pas être simple de quitter ce coin !!

Coup de tabac dans le vieux port de Bastia

Ils n’avaient pas connu ça … Ce coup de vent a surpris le Bastiais, moi a peine ! Faut dire que depuis notre installation (que nous ne regrettons pas), nous avons vécu deux gros coups de tabac dont un venant du Nord Est a levé une belle houle dans le port en cassant pourquoi pas un ponton flottant en deux ! mais aussi des intempéries telles que le tunnel sous le port était rempli d’eau. Faut dire aussi que la jetée du dragon (jetée sud) a partiellement cédé sous les coups de boutoirs des assauts de la mer voici quelques années, exposant le port aux tempêtes de Nord Est !

Coup de tabac dans le vieux port de Bastia dans 10 croisière mediterranée janvier 2012 1574969-300x200

Avant hier 5 janvier le semaphore enregistrait 200 m/h sur le cap et 150 km/h dans le port !
Alors a 18h avant que ça souffle vraiment vers les 20h j’ai enregistré ce petit film:

Image de prévisualisation YouTube

premieres esquisses de l’année 2012

Encore des peintures marines

premieres esquisses de l'année 2012 dans 10 croisière mediterranée janvier 2012 aqua-voillier-2-copie

aqua-barques-nath-copie aquarelle dans 10 croisière mediterranée janvier 2012

aqua-voillier-1-copie

aqua-jetée-pâle-copie

aqua-le-taquet-copie

et deux aquarelles de balade

aqua-chemin-creux-copie

aqua-chapelle-pierre-copie

A bord: les cartes

Les cartes électronique et papier
Le GPS traceur Raymarine C120w associé a l’autopilot « smartpilot » sont si performants qu’on en viendrait a omettre les cartes marines. Cependant: 1 – elles sont obligatoires, 2 – elles peuvent s’avérer indispensable en cas de panne bien sûr. J’ai remplacé la carte Raymarine Silver d’origine par une « gold » (226 euros) pour un niveau d’info supplémentaire notamment sur les services de port qui ne m’a été d’aucune utilité. Ces renseignements sont contenus (et dans un niveau de détail sans égal) dans les guides indispensables donc double emploi. Du fait de la cartographie électronique, j’ai fait l’impasse sur des cartes a trop petite échelle pour ne retenir que celles au 185000 :J’aime bien les Imray, plastifiées mais pas leur prix : 22 euros Savoir qu’il en faut une petite dizaine pour un parcours « iles grecques ». J’ai deux cartes a grande échelle, il est toujours agréable d’avoir une vision du circuit global, cela fixe mieux les longueurs d’étape pour le planifier et s’assurer ensuite du bon timing lors de la navigation. En navigation, je note a intervalle régulier les points de route sur le livre de bord et dans certains cas il m’est arrivé de les reprendre sur la carte papier. Ces mesures sont sans doute surdimensionnées pour certains cependant elles servent a la sérénité du captain.

A bord: la sécurité

La conception du bateau, l’état de la mer, la force et la direction des vents, la nature de la propulsion, l’entretien, tout sur le bateau est facteur de risque, même le facteur humain !
Sans prétention, voici quelques lignes:
La météo est une donnée essentielle de la sécurité en mer en cela qu’un croisement de données (internet, capitainerie, VHF) permet de limiter l’impondérable d’un vent et d’une hauteur de vague sous évalués. Je ne dispose pas d’outils plus élaborés tels que Blu et autre Navtex.
Malgré tout, on a vécu quelques moments délicats (coup de bora sur Pula en Croatie, bourrasques force 6/7 dans le golfe de Patras et d’autres encore), voici comment je m’en arrange !
D’abord la catégorie B « AU LARGE  » du Greenline 33 (classement des bateaux marqués  » CE « ) rassure: elle informe d’une capacité a supporter une hauteur de vague significative jusqu’à 4 m et des vents pouvant aller jusqu’à la force 8. Ensuite les vagues en méditerranée sont rarement hautes, mais ce qu’elles n’ont pas en envergure elles le retrouvent en nervosité. Ces vagues hachées que lèvent des bourrasques entrainant des paquets d’embruns ne sont pas rares en été. Le bateau a été courageux dans ces circonstances et le passage de vague convenable. Bien sûr un profilé d’étrave plus marqué aurait fendu les vagues frontales plus agréablement mais l’impression globale est bonne. Le bruit cabine est acceptable et peu de bruits parasites pour rajouter du stress.
Les 2 ailerons stabilisateurs procurent un confort certain sans lesquels nous aurions peut être été malade… who knows ?
Dans ces circonstances « extrèmes » (toutes proportions gardées bien sûr !) j’ai a disposition:
- - un condensé manuel des procédures d’urgence radio dans la langue du pays traversé si possible et en anglais de toute maniere car la VHF Raymarine a bord est contestable sur le plan pratique (euphémisme),
- - une liste des objets a embarquer dans l’annexe en cas d’évacuation précipitée
- - le sac de sécurité a vue avec trousse a pharmacie, eau douce, de quoi se protéger du soleil, du froid, de la pluie, gilets, lampe, miroir, fusées, VHF portable Midland sous enveloppe plastique chargée, tel portable, ordinateur sous housse, enfin les papiers identité et bateau)
- - une annexe sûre (car je n’ai pas de radeau de survie) maintenue au bateau par un bout de mise a l’eau rapide
- - un couteau a pain (si si) idéal pour couper rapidement le cordage de maintien de l’annexe au roof
J’ai l’œil fixé sur la pression et température moteur, mais aussi sur les vagues a négocier manuellement, pilote débranché, j’ai plutôt tendance a garder la côte a distance respectable, j’ai plusieurs plans : le « A » pour la ligne directe vers le port choisi au départ, les autres pour les abris selon ce que m’en auront renseigné les guides marine (Imray et Bloc Marine) car tous ne sont pas abordables par gros temps nous en avons fait par 2 fois l’expérience.
Mon équipage revêt le gilet et est interdit de quitter la banquette, couché (par gros temps)
Les passavants permettent de circuler sans probleme, j’en ai fait l’expérience en reprenant les amarres de l’annexe que le vent décollait du roof.
La visibilité est rendue médiocre par le vent et les paquets de mer. L’essuie glace remplit bien son rôle.
La lecture du radar est plus difficile et l’interprétation des échos parasites relevent d’une longue expérience. J’ai fini par lire les infos avec assez de certitude pour que l’objet devienne un ami et perde son caractère anxiogène !

Il m’est arrivé de tenir cette situation – en prenant le temps de rassurer périodiquement les passagers – 3 heures durant… c’est long ! Mais a la fin je me suis habitué. J’en ai conclu que c’est soudaineté du changement de condition de mer qui est facteur d’inquietude, pas le comportement du bateau. Ceci dit, ce motor-boat de 10 mètres n’a ni voile ni moteur de secours en cas d’avarie. Les prévisions de mer doivent donc être plus sérieusement analysées ce qui n’empêche pas a l’évidence ces aventures dont on ne garde pas de souvenir pénible.




Découverte du Cameroun |
collias30 |
2 Pedales sur 1 Velo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | été à jijel
| keil4
| surlesroutesenfamille