Archive pour la Catégorie '05 croisière mediterranée aout 2011'

San Felice Circeo et Nettuno, 29 et 30 Aout

Apres une route houleuse de 23 Nm nous avons la « chance » d’apponter au port calme de San Felice Circeo.

img29081.jpg

img29051.jpg

N’ayant aucune envie de poursuivre sous cette houle, nous souhaitons y rester mais voilà, le port est surchargé et on me demande de quitter les lieux n’ayant aucune place pour moi. J’use du subterfuge de l’incident moteur pour forcer la décision de mon interlocuteur qui finit par céder en m’octroyant une place « a couple » bienvenue.

img2913copie.jpg

img2916copie.jpg

img2917copie.jpg

Soulignons au passage qu’ils semblent être tous plus ou moins a couple et que nous semblons être bien 200 bateaux (tous de luxe sauf « aurore ») pour un port de 50 places ! Et en plus il a fallu que je me loupe en passant d’un bateau sur l’autre, ridicule !! J’y ai même perdu mes lunettes, stupide !! Bon, heureusement pas de mal.

img2918copie.jpg

Nous faisons route le lendemain vers Nettuno avant que le vent se lève (toujours 20 nœuds de vent a partir de 14h qui tombe en fin de soirée) et nous voici ce soir a 30 Nm de Rome, Koper ou Aegine sont déjà bien loin.

img29221copie.jpg

Nettuno sans cachet mais on peut y passer de bonnes vacances. Pas de grain de folie comme Crotone ou d’histoire comme Salerne mais juste une citadelle que nous ne pourrons pas le visiter comme dab. Je ne sais ce que nous avons fait pour ne jamais pouvoir visiter ces monuments.

img2924copie.jpg

img2926copie.jpg

Ischia et Gaeta, 27 et 28 Aout

Ischia et Gaeta, 27 et 28 Aout
Nous serions moins nombreux, peut-être y trouverions nous du plaisir mais cette population de la grande banlieue de Naples, que les ferries déverse par gros bouillons perd tout son charme si elle en a eu ! Nous profiterons de la désorganisation qui en résulte puisque malgré notre « envie » de nous acquitter des taxes de port, nul ne sera présent pour nous encaisser. Juste un petit tour sous une chaleur qui commence a fatiguer nos esprits puisqu’en amarrant le bateau trop près du quai, nous y laisserons une partie de notre plateforme (ce n’est que 8 cm de bois réparable mais on ne se refait pas : ça indispose.). Curieux champignon que ce « phare » a l’entrée du port.

img2887copie.jpg

Quelques bières hors de prix, un vent persistant qui lève une belle houle, cet afflux touristique que nous avons su éviter depuis notre départ auront définitivement raison de notre désir de visite de ces autres îles Pontines : nous les quitterons le 28 au matin.

img28921copie.jpg

Navigation de 31 Nm vers Gaeta sans vent mais sous une houle impressionnante, les vagues larges, espacées de 25 m font les ¾ de la hauteur du Greenline qui a bien besoin de ses 33 pieds pour les négocier convenablement. Notre route nous les fait épauler d’1/4 avant ce qui rend les 4 heures de navigation supportables (tout mon équipage dort a poing fermé, ils ne se seront aperçus de rien, tant mieux)
Gaeta étant protégée de la houle d’est, l’arrivée sera douce et la ville qui semble prospère, propre et calme est bien interessante.

img28931copie.jpg

img28961copie.jpg

img2897copie.jpg

img2898copie.jpg

img2899copie.jpg

img29011copie.jpg

26 aout côte almafitaine

Tres découpée, plusieurs petits villages, plages de sable, cette côte sous la baie de Naples est assez chargée en bateaux et touristes. A éviter en Aout. Pas de pot on y est et en quittant Salerne, on fera quand même escale à Amalfi.

img2827copie.jpg

img2833copie.jpg

On aurait pas dû.
Un flic coriace nous a fait découvrir le poste de police pour Lola sans collier, sans laisse et sans museliere. Pour nous délester de 100 €. Je suis d’accord avec Obelix, tirons nous : ils sont fous ces romains.

img2837copie.jpg

Il nous faut au moins le calme de notre bateau et la vue de cette côte pour nous faire oublier l’affront. Autre solution : retenir cette somme sur les croquettes de Lola, faudra y réflechir ! -)

ligallictealmafitaine.jpg

img2843copie.jpg

img2847copie.jpg

Les touristes en masse c’est pas notre truc, on craint Capri : on évite pour filer sur l’île de Procida en coupant la baie de Naples. Trop chaud en cette fin Aout, on ne se sent pas visiter l’étuve sous le Vésuve et Naples me restera inconnue. J’ai bien vu le coup et Procida est une bonne escale à 60€ (quand même).

img2864copie.jpg

img2871copie.jpg

img2883copie.jpg

procida.jpg

Je pense que pour renouer avec une tarification plus sage il faudra attendre l’automne et quitter les Italiens. C’est notre programme tout va bien.

24 & 25 aout : Salerne et Pompei

Salerne (Salerno) on a aimé. Cette ville est grouillante et sincère. Son évolution est lente et la part laissée au passé est importante. Il semblerait qu’elle ressemble a une petite Naples, peut être ! Ce dont nous sommes certain c’est que la ville est propre (le port moins) L’église San Giorgo, une des plus belles églises baroques et ses impressionnantes peintures signées « Andréa Da Salerno ».

img27261copie.jpg

img2727copie.jpg

Ses ruelles entrelaçées ses commerces derriere leurs grosses portes…

img2729copie.jpg

img2744copie.jpg

quelques bâtiments monumentaux de l’époque mussolinienne…

img2812copie.jpg

un jardin botanique …

img28131copie.jpg

et beaucoup de joie de vivre dont le bonheur ne tient pas au luxe tapageur de quelques sites touristiques. Une crèche à l’ambiance du siècle dernier, un cloître au détour d’une rue … Nous n’avons pas de plan, se sera donc la hasard qui nous placera devant ses merveilles.

img2734copie.jpg

stthomasdaquincopie.jpg

Le lendemain découverte de Pompei que le Vesuve recouvrit de ses cendres et dont on a en tête les moulages des ses habitants surpris par 2 jours d’éruption le 24 Aout 79.

Prendre le bus ligne N° 4 qui traverse les villes almafitaines pas très riches et surtout ne pas se fier à l’existence d’un arrêt qui ne veut pas dire que le bus s’arrête… Comprenne qui pourra. J’ai la chance de tomber sur un Italien pour me poser sur le kiosque de vente du billet puis au bon départ !

25 aout 2011 : on découvre ébahi l’organisation de la ville et la présentation de ses villas dont on lit si facilement les plans et donc le mode de vie de ses habitants. Ces bassins centraux entourés de pièces ombragées bordées de colonnes ioniennes et corinthiennes.

img27631copie.jpg

img2774copie.jpg

img2775copie.jpg

Des mosaïques aux représentations d’animaux Des pieces encore ornées de leurs peintures. L’amphithéatre, le forum avec au loin le Vesuve meutrier, quelques temples dont celui d’Apollon, le théatre les termes…

img2749copie.jpg

img2752copie.jpg

img2756copie.jpg

img2759copie.jpg

img2761copie.jpg

img27891copie.jpg

Je suis surpris de l’état de conservation et de l’autorisation donnée au public de fouler ces mosaïques et peut être du peu de protection d’un témoignage irremplaçable de la vie romaine au 1er siecle apres JC … Impressionnant quand on sait qu’il fut découvert par hasard en 1709 et que nous traversons 2000 ans de culture sans que rien de déterminant ait vraiment changé hormis une dimension architecturale que nous ne connaitrons plus.

Les fouilles ont mis au jour une ville endormie au moment exact de l’éruption du Vésuve, il y a plus de 1 900 ans. Les cendres qui ont brûlé tous les tissus vivants, s’y sont déposées, créant à la fois une gaine protectrice et un moule de l’objet détruit . L’état de conservation du site provient aussi de la couche de cendre qui, allant jusqu’à 20 mètres (soit l’équivalent d’un immeuble de 6 étages), a recouvert le site et l’a protégé des pillages. Figés d’abord par les cendres et lapilli qui ont recouvert la cité, les habitants de Pompéi le furent ensuite par des moulages en plâtre, et on peut les voir
aujourd’hui dans l’attitude où la mort les a surpris. Certains tentèrent de s’enfuir, de protéger leurs enfants ou de mettre leur magot à l’abri. Les archéologues estiment entre 15 000 et 20 000 le nombre de victimes liées directement à l’éruption.

img2778copie.jpg

img2779copie.jpg

de Sapri à Salerne (salerno)

Le port de Sapri est tenu par deux familles hum hum…

de Sapri à Salerne (salerno) dans 05 croisière mediterranée aout 2011 img2649copie

img2651copie italie dans 05 croisière mediterranée aout 2011

Nous irons vers celle qui a répondu sur le canal 16. Accueil sympathique, ambiance italienne garantie, tenez : je mens pas !

img2652copie

On retrouve notre voisin de Preveza en Grèce rencontré mi-juin, échange d’expérience et d’itinéraire. Notre étape vers Rocella Ionica (jonica) lui remémore une sale histoire intervenue 2 ans plus tôt… Croisant au large de la botte italienne et amarrant pour la nuit face a Rocella (où nous étions le 15 aout, il fut accosté par 4 individus qu’il identifia comme Albanais. Montés a bord discretement puis armés d’armes brandies sur sa tempe il dut confier (apres avoir résisté du mieux qu’il put) toutes ses économies … maladroitement postées au même endroit du bateau. 15 000 euros envolés en même temps que les pirates qui le remercierent par quelques coups sur la tête non sans avoir pris tous ces papiers et autres moyens de paiement ! Cette galère arriva la même année a 4 autres navigateurs dans les mêmes eaux peu sures. Il semblerait que ces tristes expériences aient eu une conséquence salutaire pour les suivants : La Grece comme le sud-Italie s’équipèrent de moyens de surveillance et de rétorsion qui calmerent l’enthousiasme des pirates.
Cette histoire explique sans doute les épaves photographiées a Crotone, la sécurité ouvertement affichée sur les pontons de Crotone et une présence policiere soutenue. Quant à la zone de Rocella aucun navire ne prendrait aujourd’hui le risque d’un mouillage sauvage. Ces expériences nous ramènent a de tristes réalités: dans ces eaux, le luxe ostentatoire cotoit la pauvreté patente de la région. Nous l’oublions en mer, il fait beau, l’eau est douce, les plages de sables fins apportent au décor des couleurs d’insouciance heureuse. Mais deux mondes cohabitent dont l’un convoite les richesses de l’autre.
Nous sommes restés une nuit a Sapri et le lendemain noue poursuivions notre route Nord vers Agropoli. Sur la route je m’aperçois que quelques navigateurs ont été surpris des prix d’Agropoli.

Sur la route un masque de film…

img2662copie

et quelques paysages…

img2664copie

img2665copie

img2669copie

img2671copie.jpg

J’ammarerai dans le port d’Acciaroli pour un prix de 20 euros… des prix grecs ! Bon si je voulais les « services » il me faudrait acquitter 60 euros ! A croire que l’electricité du quai et un peu d’eau pour une douche coute 40 euros ! J’ai beau me monter sceptique sur la tarification de ces services, je ne fais pas plier l’ormeggiatori. Soit, je ferais avec alors que la prise de courant est face au bateau… on peut deviner facilement ce qui arriva dès le soir tombé!

img2677copie

img2678copie

img2681copie

Le 23 Aout c’est relâche, on reste a terre. On aime Acciaroli qui n’est pas encore devenu la station balnéaire nationale. On a droit a une animation « bon enfant », a des sourires, a une belle plage de sable, et a tout le confort d’un village. Ce sera également la visite de Cornnichio voisine de Pollica, petits villages aux venelles escarpées a 2h de grimpette du port.

img2683copie

img2684copie.jpg

img2685copie.jpgimg2698copie

voici Agropoli pour une petite halte de 2 heures:

img2700copie

img2709copie.jpg

Le port est tellement encombré que nous promettons de quitter les lieux 2h. apres l’accostage sans oser demander à notre ormeggiatori la tarification de la nuit ! Salerne nous accueille 3 heures apres pour … 5 euros la nuit mais sans facture nous previent-on … hum ! On tente et on reste !

Mer Thyrénéenne, nous allons plein Nord

Les îles éoliennes a peine quittées nous partons sur les îles Pontines que nous atteindrons après la baie de Naples, Capri: de belles perspectives !

280pxpontineislandsmap.png

La route est au 360° en quittant Tropea vers Cetraro puis Sapri on avale les milles marins a bon rythme puisque, chaque jour nous faisons 50 Nm ou plus. Les petits villages de la côtes lorsque notre route nous en rapproche mériteraient sans doute un stop mais ne faisons pas attendre Capri ou Ventotene

img2567copie.jpg

img2568copie.jpg

Le calme de la mer est impressionnant le Greenline file ces 7 noeuds, ces navigations sont un plaisir

img2576copie.jpg

img2577copie.jpg

Eoliennes: Salina puis retour sur le continent a Tropéa

C’est une seconde journée sur cet ancrage d’entrée de port houleux de 16 a 20h puis calme jusqu’au lendemain. Il suffit de ne pas être là à ces heures-ci.

Eoliennes: Salina puis retour sur le continent a Tropéa dans 05 croisière mediterranée aout 2011 img2506copie

img2507copie dans 05 croisière mediterranée aout 2011

img2524copie

Donc direction le village voisin réputé pour ces granitas. C’est d’ici que l’île tient son nom: une petite saline produisait assez de quoi conserver la pêche de l’île. Sur Salina, la vigne rendait les vignerons heureux jusqu’a ce que l’insecte décime par le phyloxera la totalité des exploitations en 30 ans. Un graphique dans le musée de l’île illustre l’hécatombe. J’ai trouvé dans ce musée cette cruche de l’époque romaine. La pureté et la simplicité de sa forme reste contemporaine, rien n’a donc été inventé sur le sujet en 2000 ans !

img2519copie.jpg

Le lendemain départ vers Tropéa pour une traversée de 52 Nm réalisée plan-plan dans une mer d’huile. Presque angoissant et nous prions le GPS de pas nous laisser tomber alors que la limite ciel et mer est noyée dans une légère brume

lesoliennescopie

img2526copie

img2535copie

img2539copie

Tout se passe bien ! l’arrivée sur l’éperon de Tropéa est quand même bienvenue

img2547copie

200 marches plus haut voici le village historique et joliment conservé:

img2548copie.jpg

img2551copie

img2555copie.jpg

img2560copie

Pour avoir cette place de port, il a fallu trouver un sésame sur le canal VHF dès le phare passé: j’ai annoncé problème moteur et apres 15 mn d’attente on m’attribuait une place (65€) avec tout le confort (jusqu’a la laverie) ! Et pour une fois, la pêche a marché: c’est dans le port que j’ai lancé ma ligne de traine a la recherche… du linge qui s’est échappé avec son étendoir. La première prise fut la bonne et j’ai tout remonté d’un coup d’un seul! Qu’on me dise plus jamais que cette traîne n’avait pas d’utilité dans le bateau !

Les Eoliennes : Salina

La nuit s’annonçait houleuse, il n’en fut rien ! on a dormi juste berçé
On était pas les seuls, ce 18 Aout, y’a du monde …

Les Eoliennes : Salina dans 05 croisière mediterranée aout 2011 img2491copie

mais ça n’enleve rien a la beauté du site et a la limpidité de l’eau.

img2494copie italie dans 05 croisière mediterranée aout 2011

img2502copie

Pour le plaisir une « guzzi » avec strapontin et benne arriere !

img2504copie

Les Eoliennes : Vulcano

Les Eoliennes doivent leur nom au dieu Eole, qui confia le sac des vents a Ulysse en lui recommandant de le garder bien fermé !! Malheureusement son équipage curieux libèrent les liens, donc les vents, les entrainant tous dans d’autres aventures…. Aussi, méfions nous de ces secteur…
Au départ de Milazzo, il ne fallait pas oublier de payer : la secrétaire étant différente la négociation s’est soldée par 60 euros, ah ces italiens … Puis c’est un bon moment vers Vulcano dont les premiers crateres apparurent en 183 avant JC.

Les Eoliennes : Vulcano dans 05 croisière mediterranée aout 2011 img2373copie

img23891copie italie dans 05 croisière mediterranée aout 2011

img2395copie

img2404copie

Plongeon dans les eaux cristallines de la baie de Gelso Puis amarrage dans la baie proche du port dont le prix de 110€ la nuit est prohibitif… ah ces italiens…

img24201copie

Une « bonne » odeur soufrée nous vient des émissions sous marine de gaz qui « bulle » a la surface, une barbotiere voisine assure de ses propriétés contre l’acné et le psoriasis. Nous n’avons aucune de ces pathologies : nous contournons pour ne pas en attraper !

img2431copie

img2432copie

img24241copie

img2425copie

La grimpette au sommet du Gran Cratere durera 1 heure en plein décor lunaire, et en haut la magie opère : grandiose. Les émanations soufrées témoignent d’une activité persistante. La roche est chaude. Fascinant.

img2445copie

De la haut le port de Levante et a côté « Aurore » est a l’ancre dans la baie.

img2447copie

img2455copie

img2459copie.jpg

Anecdote : une dame dans un kiosque improbable nous demande 2×3€ pour l’escalade et pour m’assurer qu’il ne s’agit pas d’un racket illégal, me tend l’arrêté municipal ! nous sourions ensemble et acquiesce a mon qualificatif de touriste pris pour une « slot machine » , ah ces italiens…
Un rideau de fumerolles soufrées nous empêchent de faire le tour complet du cratère. Mais quel spot pour le parapente de Sebastien !

img2461copie

img2464copie

img2465copie

img2429copie

On ne resistera pas au spa avant le départ vers Lipari …

img24691copie

img24701copie

occupée par les phéniciens, les grecs, les carthaginois, romains, byzantins, normand qui ont laissés San Bartolomeo, belle cathédrale rénovée et son cloître, enfin les espagnols et… nous !

img2475copie

img2476copie

img2481copie

Quelques courses et go to Salina…

img24841copie

img24861copie

ou Nadia fait son possible pour attirer l’attention du personnel de la capitainerie vraiment pas coopératif… ah ces italiens !

img2487copie

une place dans la baie fera l’affaire malgré une houle en soirée qui nous obligera a nous aggriper au bouteilles en dînant !

img2488copie

De la mer Ionienne vers la mer Thyrénéenne

Pour changer de mer, il nous faut quitter le 15 Aout Reggio Calabria que nous ne regretterons pas, il ya des lieux comme ça … on ne sait pas pourquoi !

img2298copie.jpg

Puis enfourcher les premieres lames a la sortie du port assez obstrué d’ailleurs:

img2303copie.jpg

puis s’engager dans le détroit de Messine de triste renommée. La capitainerie nous indique que la « marée est étale ». Et oui, le détroit se mérite et un fort courant « montant ou descendant peut atteindre 4 nœuds. Malgré les « predictions » de la capitainerie nous aurons du « contre » et nous avancerons a 5 nœuds alors que le moteur est réglé sur 2200 tours qui nous assure 8 nœuds habituellement. Les tourbillons (rencontrés par Ulysse) autour de nous témoignent de la sensibilité du courant. La cause en serait un décalage de température entre les deux mers associé a une densité (salinité) différente des eaux. Voici le rocher de Scylla (le pendant de Charybde) nous approchons de la sortie:

img2314copie.jpg

Ce passage est encore une étape de franchie, d’ailleurs le temps se clarifie, les eaux se calment, nous le ressentons en nous. La navigation sera tres agréable jusqu’à Milazzo que nous avons choisi comme étape avant les iles éoliennes.
Milazzo nous accueille avec son ponton fleuri… hum hum nous n’en demandons pas tant, ça cache quelque chose… attendons la facture:

img2358copie.jpg

On m’annonce 90 euros ! je manque de m’évanouir, la secrétaire s’en émeut et corrige de facto: 80€ Elle voit bien que sa ristourne ne produit aucun effet , s’en désole et reporte le paiement au lendemain espérant que le malaise sera oublié.
On verra…
D’ici demain profitons de cette ville qu’une vue a l’arrivée présentait comme une bonne étape

img2338copie.jpg

Anecdote le marin pres de moi, nouveau propriétaire d’un nauticat 54 ou 57 pieds m’indique n’avoir sorti les voiles que 20% de son temps depuis la Hollande ! Propos confirmés par le voisin de gauche qui lui rentre en France définitivement au moteur refusant apres 4 mois en mer de tirer des bords sous 4 nœuds pour gagner un abri… sourire on s’en doute !

12



Découverte du Cameroun |
collias30 |
2 Pedales sur 1 Velo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | été à jijel
| keil4
| surlesroutesenfamille